Visages : Yuko Harayama “Il faut casser un petit peu... aller rencontrer ce qui est inconnu, différent” [ja]

JPEGYuko Harayama arrive en France à l’âge de14 ans. Depuis, à travers tout son parcours de recherche dans le domaine de la politique de l’enseignement supérieur et de la coopération entre les milieux industriels et académiques, elle garde des liens étroits avec la France. Depuis 2013 elle est le membre exécutif du Conseil pour la Science et la Technologie et l’Innovation du cabinet du Premier ministre du Japon.

Née en 1951 à Ginza, Tokyo, Yuko Harayama est envoyée en France à 14 ans par son grand-père où elle rejoint le collège Saint Pierre, en banlieue parisienne. Elle finit son enseignement secondaire au Japon et repart en France pour se spécialiser en mathématiques à l’Université de Besançon. Quand son mari, le chercheur en biotechnologie Shigeaki Harayama, obtient un poste à Genève, elle y déménage avec leurs 3 enfants et obtient un doctorat en sciences de l’éducation et en économie à l’Université de Genève.

Yuko Harayama a occupé le poste de directrice adjointe pour la science, de la technologie et de l’industrie à l’OCDE entre 2010 et 2012. Au Japon, elle a été membre de différentes commissions liées à la science et à la technologie au ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie (MEXT) et au Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie. Avant de rejoindre l’Université de Tohoku en 2002, elle a été membre du Research Institute of Economy, Trade and Industry (RIETI) au Japon et maître assistante au Département d’économie politique à l’Université de Genève.

Elle a été nommée Chevalier de la Légion d’Honneur en 2011.

dernière modification le 22/11/2016

haut de la page