Un grand merci à tous les îlotiers !

 

JPEG - 42.7 ko
© F. de La Mure / MAEDI

À tous les îlotiers,

Je veux rendre hommage à votre dévouement au service des autres, d’autant plus méritoires qu’il est bénévole et qu’il dure pour certains d’entre vous depuis de nombreuses années. La sécurité est l’affaire de tous, à commencer par l’ambassade de France dont elle constitue une priorité, mais un dispositif pertinent pouvant faire face aux situations de crise, nécessite aussi l’engagement personnel de nombreux volontaires. Je tiens ainsi à remercier toutes celles et ceux qui participent activement au réseau de sécurité de la communauté française. J’ai également une pensée particulière pour celles et ceux, qui œuvrent en province, loin de Tokyo et avec des aires géographiques souvent importantes à couvrir.

Je tiens par ailleurs à saluer les nombreuses initiatives menées par les îlotiers, sur leurs ressources personnelles, au bénéfice de toute la communauté française : exercices de sécurité visant à rendre le plus opérationnel possible l’articulation entre la communauté, l’ambassade et les autorités japonaises ; sessions de prévention et de formation à Tokyo ou à Yokohama avec la Sécurité civile.

Au nom de toute notre communauté, je vous remercie de vos efforts remarquables et de votre constant dévouement.

Thierry Dana
Ambassadeur de France au Japon

Présentation du système d’ilotage

Belle terre d’accueil au cadre de vie agréable, le Japon demeure un pays au risque sismique élevé, régulièrement victime de violente catastrophes naturelles. C’est la raison pour laquelle la sécurité et son corollaire, la prévention, sont des priorités constantes pour l’ambassade, qui met en œuvre un plan de sécurité adapté.

Mais la sécurité, c’est l’affaire de tous et pour assurer celle de nos 12 000 ressortissants au Japon, nous avons besoin de la contribution du réseau des îlotiers, qui jouent un rôle essentiel de charnière entre la communauté française et l’ambassade.

Pour prendre en compte les différents facteurs de risques, l’Ambassade de France met en œuvre un dispositif préventif de crise pour venir en aide à nos ressortissants. Ce dispositif repose en grande partie sur le travail des îlotiers bénévoles dont la contribution est essentielle, que ce soit avec le recensement des Français qui permet de maintenir nos listes à jour, ou encore avec les exercices de prévention organisés de façon régulière.

Le réseau des îlotiers de la circonscription de Tokyo, c’est 179 îlotiers et, à la suite des différentes restructurations visant à suivre l’évolution géographique de la communauté française, 82 îlots de sécurité. Ces volontaires sont des auxiliaires de l’ambassade, le plus souvent formés aux secours et qui assurent le relais des informations, avec les ressortissants français habitant dans leur zone, mais qui se coordonnent aussi avec les mairies et les sapeurs-pompiers pour la sécurité civile.

Ce réseau de sécurité est donc aussi partenaire de la sécurité civile japonaise, avec qui l’ambassade collabore activement. Le TMG (gouvernement métropolitain de Tokyo) et les principales mairies d’arrondissement participent à nos comités biannuels de sécurité, tandis que l’ambassade fait participer la communauté française aux exercices de prévention organisés par le TMG et propose aussi des formations de gestion du stress en situation de crise. Des îlotiers organisent aussi, en liaison avec les mairies et les pompiers des séances de formation au secourisme et à la prévention des désastres. Également, un dispositif expérimental, avec la municipalité de Minato-Ku vise à intégrer nos volontaires de sécurité dans le dispositif de secours de la mairie.

Enfin, ce réseau comprend aussi des points de refuges, que sont l’ambassade à Minimi-Azabu, l’institut Français à Idabashi et le lycée Français à Takinagawa. Ces établissements, en partenariat avec les services municipaux, sont en mesure d’accueillir toutes les personnes en difficulté dans leur voisinage, Français et Japonais.

Le réseau fait aussi l’objet d’un Conseil Consulaire biannuel, relatif à la sécurité de la communauté française, précédemment appelé Comité de sécurité, depuis son institution à Tokyo en 1999. Ce conseil constitue un outil de réflexion avec les bénévoles du réseau d’îlotage, les associations et les entreprises françaises sur les mesures de précaution qui s’imposent dans le pays et pour réévaluer périodiquement notre dispositif de communication.

dernière modification le 08/02/2016

haut de la page