Séminaire avec les avocats japonais agréés par l’ambassade pour les affaires familiales

Lundi 13 juin, le consulat a réuni à l’ambassade les huit avocats francophones ou anglophones pour les affaires familiales inscrits sur la liste de notoriété de l’ambassade.

JPEG - 385.7 ko
De gauche à droite : Maître Seiji Yamamura, maître Tomoko Inaba, maître Emi Omura, maître Yuri Sumi, Consul Jean-Jacques Pothier, maître Masami Kittaka, maître Yohei Suda, maître Ayano Kanezuka

Divorcer, ou seulement se séparer, génère des situations complexes, sources de conflits et de difficultés, plus particulièrement sur la garde et l’accès aux enfants lorsque le couple se sépare. C’est souvent encore plus difficile lorsqu’on vit à l’étranger. Il est par conséquent primordial, pour nos compatriotes concernés, de pouvoir bénéficier de la meilleure assistance juridique possible et de trouver des défenseurs qualifiés. Afin que ceux-ci puissent communiquer avec eux facilement et les conseiller efficacement, il est important qu’ils soient francophones, ou du moins anglophones.

Le but de cette rencontre était d’abord d’établir un lien et un dialogue entre ces avocats qui sont sur la liste commune de l’ambassade mais ne se connaissent pas nécessairement, ou peu, et qui ont en commun de défendre en justice des dossiers de nos ressortissants dans les conflits familiaux. Maître Ayano Kanezuka, avocat conseil de l’ambassade ayant une longue pratique des affaires familiales dans ses activités antérieures, a animé le séminaire.

L’autre objectif était d’échanger sur les expériences personnelles de chacun, de faire un point sur les évolutions en matière de justice, mais aussi sur les moyens d’améliorer la communication entre l’avocat et le parent français. En effet, confronté à un système différent de ce qui existe en France, ce dernier se sent parfois incompris ou injustement traité et a aussi besoin de parfaitement comprendre les mécanismes et procédures locaux.

Ces échanges se sont révélés très positifs. Ils vont permettre d’améliorer la relation des avocats japonais avec nos compatriotes et de mieux assurer la défense de ces derniers. Il a été convenu en fin de séminaire de réunir régulièrement ce groupe d’avocats.

dernière modification le 24/06/2016

haut de la page