Seconde Conférence internationale sur les mécanismes et l’évolution des maladies cérébrales [ja]

La conférence a réuni une vingtaine de spécialistes mondiaux de diverses disciplines des neurosciences qui ont échangé sur leurs derniers travaux.

La seconde Conférence internationale « Maladies du Cerveau et Machines Moléculaires » sur les mécanismes et l’évolution des maladies cérébrales s’est tenue les 27 et 28 mai 2013 dans cette ambassade (programme joint). Elle a réuni 17 intervenants (9 Japonais, 3 Français, 4 Américains et un Canadien), spécialistes de différents aspects des neurosciences. Ceux-ci ont échangé sur les développements les plus récents de leurs travaux de recherche devant une quarantaine de participants, pour la plupart chercheurs confirmés et post-doctorants.

Les maladies neurodégénératives constituent l’une des cibles prioritaires de la recherche et de la coopération internationales

Les maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson...) représentent l’un des trois principaux enjeux de santé publique pour nos sociétés modernes, avec le cancer et les maladies cardiovasculaires, tout particulièrement dans un contexte de vieillissement de la population. Malgré de grands espoirs fondés il y a quelques années sur les progrès observés dans la compréhension de certains phénomènes liés au développement de ces maladies, ce dernier reste mal compris. Il n’existe actuellement aucun traitement, les médicaments disponibles ne permettant, au mieux, que de retarder le développement de certains symptômes.

Il s’agit de la seconde conférence internationale de ce type après la première à Paris

Cette conférence internationale est organisée à l’initiative du Dr Christian Néri de l’Inserm et de la Société Française de Neurosciences. Une première conférence de ce type, organisée en 2008 à Paris, avait réuni pour l’essentiel des chercheurs français, européens et nord-américains.
Le Dr Néri souhaitait développer son réseau scientifique vers le Japon dans le cadre de ses activités de structuration des recherches sur les maladies neuro-dégénératives et sur les problématiques du vieillissement comme celle de la réponse au stress dans les maladies chroniques. Le Service pour la Science et la Technologie de cette ambassade a répondu à ce souhait en lui apportant son soutien pour organiser cette seconde conférence à Tokyo.

L’originalité de cette conférence réside dans son approche résolument multidisciplinaire

Cette conférence internationale vise à adopter une approche multidisciplinaire la plus efficace possible permettant de mettre en valeur l’apport de développements les plus récents, notamment en biologie du développement, en biologie du vieillissement, en biologie systémique, ainsi qu’en génétique humaine et modélisation bio-mathématique. Elle intègre surtout l’analyse la plus fine des mécanismes intracellulaires et de la dynamique des « machines moléculaires » tout en garantissant le lien avec le patient par le transfert direct des connaissances vers la recherche clinique et thérapeutique. Elle illustre aussi les grands espoirs mis dans l’étude de la réponse au stress chronique et de la longévité du cerveau pour identifier de nouvelles pistes pronostiques et thérapeutiques.

De l’avis des participants, toutes nationalités confondues, ces caractéristiques distinguent cette conférence des séminaires internationaux habituels et elles ont été propices à des échanges et à des débats fructueux. Les participants ont notamment apprécié la possibilité de partager une vision commune sur les nouvelles stratégies de recherche. Celles-ci pourraient utilement contribuer à définition d’une politique de santé publique sur les thématiques du « vieillissement réussi » et de la lutte contre les maladies neuro-dégénératives.

Quelques enseignements majeurs

Cette conférence a largement confirmé la valeur d’une approche interdisciplinaire qui s’appuie sur des raccourcis méthodologiques et des accélérations conceptuelles sur le rôle des facteurs génétiques neuro-développementaux et post-développementaux, ainsi que sur le rôle des facteurs liés à l’âge et des facteurs de longévité.

L’originalité de cette approche interdisciplinaire réside notamment dans la possibilité donnée de combiner différents modèles en fonction de la maladie étudiée et du but recherché. Chercher à rendre systématique le transfert de concept d’un thème de recherche à l’autre (« maladie neuro-dégénérative héréditaire » vers « vieillissement », « vieillissement » vers « maladie du cerveau »...) est l’une des principales tendances qui ressort de cette conférence.

Dans ce cadre riche et en forte évolution, la conférence a mis l’accent sur la valeur ajoutée d’une stratégie concertée à l’échelle internationale qui joue sur la convergence de vue et la complémentarité des acteurs.

- Programme du séminaire BDMM

dernière modification le 23/02/2016

haut de la page