Remise du prix franco-japonais de la traduction littéraire de la Fondation Konishi [ja]

Le vingt-et-unième prix Konishi pour la traduction littéraire du français au japonais a été remis à la Résidence de France à Tokyo, le 14 juin 2016.

© Konishi Foundation for International Exchange
© Konishi Foundation for International Exchange
© Konishi Foundation for International Exchange
© Konishi Foundation for International Exchange

 

Le Prix Konishi de la traduction littéraire

Le Prix Konishi de la Traduction littéraire a été créé en décembre 1993 pour récompenser les efforts des traducteurs japonais et français, et promouvoir les échanges culturels entre le Japon et la France en soutenant la traduction franco-japonaise. Il est depuis sa création parrainé par l’Ambassade de France.

La Fondation Konishi œuvre pour les échanges internationaux, et le jury qui préside à son prix de traduction littéraire est toujours composé d’éminents spécialistes des littératures française et japonaise.

Ce prix récompense des traducteurs d’œuvres littéraires françaises et japonaises, essentiellement dans le domaine des belles lettres, mais aussi, dans une perspective élargie, des sciences humaines. La sélection porte sur les œuvres publiées durant les deux années précédant le 31 mars de l’année où a lieu la sélection.

Vingt-et-unième cérémonie de remise du prix de la Fondation Konishi pour la traduction du français au japonais

Deux prix sont attribués chaque année. Le premier est attribué en France, à une traduction du japonais au français ; la cérémonie a lieu à l’Ambassade du Japon à Paris. L’autre est décerné au Japon, à une traduction vers le japonais.

Cette année, le jury japonais était composé par trois des plus grands traducteurs du français au japonais : M. Nao Sawada (Université Rikkyô), Toshiyuki Horie (Université Waseda) et M. Kan Nozaki(Université de Tôkyô) qui en était le président. Ils ont récompensé M. Atsushi Hiraoka (Université de Chuo), pour sa traduction de l’ouvrage Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux (Kobunsha, 2013).

Le lauréat a publié plus d’une cinquantaine de traductions dans des registres divers, dont celles d’œuvres de Maurice Leblanc, Daniel Pennac, Jean-Christophe Grangé, Michel Ocelot, Guy de Maupassant. Il a également été salué pour sa traduction du prix Goncourt 2013 de littérature, Au Revoir là-haut de Pierre Lemaitre, paru à l’automne 2015 au Japon.

La cérémonie de remise du prix s’est déroulée à la Résidence de France, en présence de l’ambassadeur Thierry Dana. Le prix de la Fondation Konishi pour la traduction du japonais au français sera, lui, remis à l’automne 2016 à Mme Jacqueline Pigeot pour Récits de l’éveil du cœur de Kamo no Chômei (Le Bruit du temps, 2014).

dernière modification le 23/06/2016

haut de la page