Remise de la Légion d’honneur à M. Shukuo Ishikawa, PDG de Bandai Namco Holdings Inc [ja]

M. Shukuo Ishikawa, chairman et directeur représentatif de Bandai Namco Holdings Inc, a reçu le 15 mars 2017, les insignes de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur des mains de M. Thierry Dana, ambassadeur de France au Japon.

JPEG - 323.3 ko
M. Shukuo Ishikawa, chairman et directeur représentatif de Bandai Namco Holdings Inc
© Ambassade de France au Japon

Depuis la fusion de Bandai et de Namco en 2005, le groupe leadeur japonais du secteur des jeux vidéo, des contenus, des jouets et du divertissement, n’a cessé de renforcer ses activités en France.

Les relations étroites entre l’entreprise et la France ont débuté en 1981 par la création de Bandai S.A.S., filiale de vente de jouets sur l’ensemble du marché européen. Les activités ont pris de l’essor dans les années 80 grâce à l’explosion du marché des mangas et des dessins animés japonais. Cette filiale est aujourd’hui la holding du groupe pour toute l’Europe continentale et elle gère également les activités commerciales de jouets sur le marché français.

JPEG - 56.6 ko
MM. Shukuo Ishikawa et Thierry Dana, ambassadeur de France
© Ambassade de France au Japon

En 2009, Bandai Namco Entertainment Europe S.A.S, a racheté la filiale de distribution d’Atari Europe S.A.S, spécialiste de logiciels de jeux vidéo, située à Lyon. Depuis la fusion des deux entreprises en 2011, cette filiale est en charge du planning et du développement de logiciels de jeux vidéo et de contenus numériques et fait office de la holding dans ce segment. Par ailleurs, Bandai Namco Entertainment France S.A.S. est en charge de la distribution de logiciels de jeux pour consoles non seulement en France et mais aussi dans plus de vingt pays dans le monde.

Plus récemment, en 2016, Bandai Namco a lancé une nouvelle activité en Europe depuis Paris, en créant une filiale commune avec la société Amuse, spécialiste japonais du divertissement. Cette nouvelle implantation, Amuse Lantis S.A., est chargée de promouvoir des artistes et des contenus japonais sur l’ensemble du marché européen. Elle souligne, une nouvelle fois, la position de la France comme terre d’accueil privilégiée des investissements dans le secteur de la création, de l’innovation et de la culture.

dernière modification le 16/03/2017

haut de la page