Remise de la Légion d’honneur à M. Issey Miyake [ja]

M. Issey Miyake, créateur de mode mondialement connu, a reçu le 15 mars 2016, des mains de M. Jack Lang, ancien ministre de la Culture, les insignes de Commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’honneur, lors de l’inauguration de l’exposition : « Miyake Issey Exhibition : The Work of Miyake Issey » qui se tient au National Art Center Tokyo jusqu’au 13 juin.

Le créateur de mode japonais Issey Miyake a été élevé au rang de Commandeur de la Légion d'honneur
Le créateur de mode japonais Issey Miyake a été élevé
au rang de Commandeur de la Légion d’honneur
MM. Issey Miyake et Jack Lang, lors de l'inauguration de l'exposition « Miyake Issey Exhibition : The Work of Miyake Issey »
MM. Issey Miyake et Jack Lang, lors de l’inauguration de l’exposition
« Miyake Issey Exhibition : The Work of Miyake Issey »

 

Allocution de M. Jack Lang à l’occasion de la cérémonie de remise de décoration à M. Issey Miyake (Tokyo, 15 mars 2016)

 
 
Une amitié rare nous lie Issey et moi-même depuis les années 80.

Jeune ministre de la Culture du Président François Mitterrand, je bénéficie immédiatement du soutien enthousiaste d’Issey Miyake pour redonner à Paris son rang de capitale de la création. Depuis lors nos chemins ne cessent de s’entrecroiser sans que je puisse dissocier le regard affectueux que je porte sur l’ami et l’admiration sans borne que m’inspire son œuvre.

Issey est la générosité même. Simple, il a l’élégance du Prince. Amoureux de la vie, il a le culte de la nature et de l’art.

Son œuvre est à son image : sensuelle et virtuose, elle a la simplicité propre aux authentiques chefs-d’œuvre.

Millénaire et futuriste, l’œuvre d’Issey surprend, émeut, étonne sans cesse. Elle est à la fois sculpture et mouvement. D’où son admiration pour Isamu Noguchi et William Forsythe. Tel son ami le génial Tadao Ando, il est architecte de la pureté.

Les souvenirs denses que je partage avec Issey m’ont chaque fois permis d’entrevoir les facettes secrètes de sa personnalité unique : son infatigable curiosité intellectuelle, son ouverture au monde.

Mais de ces moments heureux reste le plus poignant, ce voyage accompli avec lui à Hiroshima après une rencontre avec Kenzaburo Oe. J’ai alors compris que là-bas l’irréductible lumière de son œuvre puise sa source vive dans la douleur de l’indicible tragédie.

Plus tard, ma fille Valérie, sublime actrice arrachée trop tôt à la vie, portée alors par son amour du Japon décida en pleine crise de Fukushima d’interpréter à Shizuoka avec son ami Hiroshi Ota « Hiroshima mon amour » de Marguerite Duras. L’âme d’Issey vivait en elle.

Je conclus : La fécondité intellectuelle et artistique d’Issey Miyake est inversement proportionnelle à son autre grande vertu : la modestie. Ambitieux pour l’art, il est humble pour lui-même. Un haïku exprime parfaitement cette humilité des plus grands : « Plus le riz porte de graines, plus il incline la tête » : « Minoru hodo kôbe wo tareru inaho kana ».

* * *

Le Président de la République, M. François Hollande, m’a dit : « Issey Miyake est un joyau rare de ce Japon que nous vénérons tant. Transmettez-lui mes salutations chaleureuses et ma profonde admiration ».
 

dernière modification le 17/03/2016

haut de la page