Remise de l’Ordre des Arts et des Lettres à la réalisatrice Naomi Kawase [ja]

Le 7 janvier, l’Ambassadeur de France au Japon a remis les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres à la réalisatrice Naomi Kawase, considérée dans le monde entier comme une des plus grandes cinéastes de sa génération. Cette distinction, récompense une cinéaste qui n’a cessé le long de sa carrière de tisser de liens de plus en plus étroits avec la France.

Mme Naomi Kawase et M. Thierry Dana, ambassadeur de France
Mme Naomi Kawase et M. Thierry Dana, ambassadeur de France
Ambassade de France au Japon
Mme Naomi Kawase, cinéaste japonaise
Mme Naomi Kawase, cinéaste japonaise
Ambassadeur de France au Japon
Mme Naomi Kawase, entourée de journalistes
Mme Naomi Kawase, entourée de journalistes
Ambassade de France au Japon

Diplômée de l’École de photographie d’Osaka, elle y enseigne pendant quatre ans avant de se lancer dans la réalisation de court-métrages expérimentaux et de documentaires.

Son histoire d’amour avec notre pays commence sur la Côte d’Azur, plus précisément au Festival International du Film de Cannes, Panthéon du cinéma mondial, où elle entre par la grande porte en obtenant, à 27 ans, la Caméra d’or, avec son premier long-métrage de fiction, Suzaku. Elle devient alors la première Japonaise et la plus jeune cinéaste à obtenir ce prix depuis qu’il existe !

A partir de cette date, cinq de ses films seront nommés en compétition officielle et, en 2007 elle obtient le Grand prix du jury avec le film La Forêt de Mogari.

En 2009 elle reçoit le très convoité Carrosse d’Or de la part de la Quinzaine des Réalisateurs, section parallèle du festival de Cannes. Ce prix est destiné à récompenser un cinéaste choisi pour les qualités novatrices de ses films, pour son audace et son intransigeance dans la mise en scène et la production.

En 2013, Gilles Jacob et Thierry Frémaux, Président et Délégué Général du Festival de Cannes lui propose d’être membre du jury présidé par Steven Spielberg, une expérience qui a été déterminante pour sa carrière.

Enfin, en 2014, son dernier film, Still the Water, est le seul film du continent asiatique en compétition officielle et est considéré à juste titre comme « la palme du cœur » des festivaliers.

À lire dans la presse (liens externes) :

dernière modification le 30/12/2015

haut de la page