Prix Nobel de la Paix au dialogue national tunisien [ja]

Vendredi 9 octobre, le prix Nobel de la Paix a été attribué au Dialogue national tunisien, un quartet de quatre organisations de la société civile qui s’est illustré par « sa contribution décisive dans la construction d’une démocratie pluraliste en Tunisie après la « révolution du jasmin » de 2011 », ainsi que l’a rappelé le comité Nobel.

JPEG

À l’automne 2013, l’Union générale des travailleurs tunisiens, la fédération patronale Utica, la Ligue tunisienne des droits de l’homme et l’Ordre des avocats ont œuvré au maintien du « dialogue national » entre formations politiques – à un moment critique pour la jeune démocratie.

Dès l’annonce de l’attribution du prix, le Président de la République François Hollande a félicité les lauréats, en déclarant : « le prix Nobel qui vient d’être remis à la Tunisie consacre la réussite de la transition démocratique ». Le premier ministre Manuel Valls s’est quant à lui exprimé (en français et en arabe) sur Twitter : « les efforts du peuple tunisien salués par le Prix Nobel de la Paix. Vive la démocratie tunisienne ! ».

Soutien diplomatique constant

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a rappelé que « Ce prix Nobel vient couronner les efforts menés sans relâche en faveur de la démocratie en Tunisie (…) C’est un message d’espoir pour les aspirations démocratiques qui s’expriment dans le monde arabe et au-delà. La France ne ménagera aucun effort dans son soutien à la Tunisie ».

Depuis la révolution de 2011, le soutien de la France aux jeunes institutions démocratiques tunisiennes a été constant. En septembre dernier, une délégation de parlementaires était accueillie dans le cadre du programme d’invitation de personnalités d’avenir (PIPA) pour leur permettre d’affiner leur connaissance de nos institutions.

De nombreuses visites bilatérales ont également permis d’approfondir cette relation de confiance entre nos deux pays : entre 2013 et 2015, François Hollande s’est rendu à trois reprises en Tunisie – notamment à la suite de l’attentat du Musée du Bardo, le 18 mars dernier. Le Président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a quant à lui été reçu en visite d’État en France en avril 2015.

dernière modification le 13/10/2015

haut de la page