Ouverture de la nouvelle Ambassade de France au Japon [ja]

En travaux depuis avril 2008, la nouvelle Ambassade de France vient d’être achevée. Située sur le même terrain que l’ancienne chancellerie, cette réalisation franco-japonaise est un bâtiment aux lignes très épurées, moderne et respectueux de l’environnement.

JPEG - 105.9 ko
M. l’Ambassadeur avec les représentants du consortium MiNTAK
© Ambassade de France au Japon

Trois points doivent particulièrement être relevés :

1. Une réalisation franco-japonaise

La nouvelle Ambassade a été dessinée par des architectes français, MM. Pierre-Michel Delpeuch et Dominique Chavannes, du cabinet d’architecture Aéroports de Paris international, et réalisée, par un constructeur japonais, Takenaka Corporation, avec des matériaux français (notamment le virage de haute technologie) et japonais.

Le résultat est un bâtiment remarquable, courbe brisée qui peut faire penser à un oiseau, conçu en harmonie avec son environnement. La façade principale des nouveaux locaux sont comme une fenêtre ouverte sur le parc de l’Ambassade de France.

2. Un bâtiment très respectueux de l’environnement

Le parc de l’Ambassade de France est un héritage de l’époque shogunale et la France, qui accorde une importance capitale au patrimoine historique, souhaite en préserver l’unité et les principales caractéristiques. La nécessité de ne pas abimer ce superbe parc s’est très vite imposée comme un des pré-requis à la reconstruction. De fait, le nouvel édifice, fait de formes brisées et de courbes tendues, semble non seulement se fondre dans la nature mais révèle encore davantage son caractère précieux.

Au-delà de la préservation du parc, la nouvelle Ambassade est un bâtiment très respectueux de l’environnement. Outre un système d’isolation thermique extrêmement performant – grâce notamment aux vitrages à basse émissivité Low-E (double vitrage comportant du gaz argon isolant à l’intérieur réalisés par la société Saint-Gobain), le bâtiment dispose de toitures végétales permettant de récupérer l’eau de pluie (20% de la consommation d’eau est issue de la récupération). L’ensemble des équipements sont équipés de système de contrôle de leur consommation d’énergie et les systèmes d’éclairage sont tous à basse consommation. Un système d’air ventilé permet d’optimiser la consommation de l’air conditionné en hiver comme en été. Enfin, beaucoup de matériaux utilisés sont recyclés (sols notamment) ou recyclables.

JPEG - 70.3 ko
Atrium de la nouvelle ambassade
© Ambassade de France au Japon

Ces caractéristiques ont permis à l’Ambassade d’obtenir la note maximale sur l’échelle japonaise CASBEE (Comprehensive Assessment System for Building Environmental Efficiency) de 4,1 dans la tranche la plus haute S. Aucun autre immeuble de bureaux public n’est aussi bien noté à ce jour au Japon.

3. Un montage financier innovant

Le montage retenu pour la construction de la nouvelle ambassade est une formule innovante de partenariat avec le secteur privé.

Dans cette formule, l’Etat conserve la propriété de la totalité du terrain mais passe un contrat, conforme à la loi japonaise sur les baux de longue durée de 1991, qui confère à un opérateur créé pour l’occasion, MiNTAK, un droit immobilier (pendant 53 ans) sur une partie de notre terrain (4.500 m², soit moins d’un cinquième de la superficie totale). Cet opérateur, qui réunit les sociétés partenaires Mitsui & Co, Nomura Real Estate, Takenaka, ADPI, Kume Sekkei, peut alors construire sur ce terrain loué un immeuble résidentiel conforme au contrat passé et le commercialiser pendant la durée du bail. En contrepartie, il construit une nouvelle ambassade, propriété de l’Etat français dès son achèvement. En contrepartie, le consortium doit concevoir, construire et aménager une nouvelle ambassade, et s’occuper de l’entretien et de la maintenance pendant 15 ans. Le consortium MiNTAK a par ailleurs réalisé dans le cadre de cette opération une rénovation et une décoration complète de la résidence, ainsi que des travaux de réhabilitation sur d’autres éléments de notre parc immobilier au Japon.

L’ensemble de cette opération, y compris les travaux sur le parc immobilier, ne coûte pas un Euro au contribuable français.

L’Ambassade en chiffres
  • 4500 mètres carrés abritant 180 personnes réparties en 17 services et situé dans un parc aboré de 2,5 hectares
  • Note maximale de 4,1 S sur l’échelle CASBEE, indicateur japonais pour la qualité environnementale.
  • 20% de la consommation d’eau est issue des récupérations d’eau de pluie.
  • Coût : 0 euro pour le gouvernement français

Voir aussi :
- Allocution de M. l’Ambassadeur
- Dossier de presse

dernière modification le 27/05/2013

haut de la page