Nomination du Secrétaire général des Nations unies [ja]

Communiqué de la présidence de la République (13 octobre 2016)

Le Président de la République félicite chaleureusement Antonio Guterres pour sa nomination comme Secrétaire général des Nations unies.

Dans la période actuelle marquée par les crises, le terrorisme, l’urgence climatique, les tragédies humanitaires, le monde a plus que jamais besoin que les Nations unies soient fortes, efficaces et rassemblées autour des objectifs de paix, de sécurité, de développement et de défense des droits de l’homme qui ont présidé à leur création.

François Hollande est convaincu qu’Antonio Guterres sera pleinement à la hauteur de ces enjeux. Il est un homme d’engagement, de conviction et d’action qui a apporté, tout au long de son parcours, comme Premier ministre du Portugal et à la tête du Haut-Commissariat aux réfugiés, la preuve de son humanisme, de son attachement aux valeurs fondamentales, de sa capacité à fixer un cap, à diriger et à réformer.

François Hollande salue également la désignation d’un ami de la langue française qu’il parle parfaitement, profondément attaché à la diversité culturelle, qui aura à cœur de faire vivre la francophonie au sein de l’Organisation.

Antonio Guterres peut compter sur le plein soutien de la France dans l’exercice des hautes responsabilités qui lui incomberont au 1er janvier 2017, au service des principes universels de la Charte.

Déclaration de Jean-Marc Ayrault (13 octobre 2016)

J’adresse mes plus chaleureuses félicitations à Antonio Guterres pour sa nomination comme nouveau secrétaire général des Nations unies, au terme d’un processus de sélection transparent qui a permis à tous les candidats de présenter aux États membres et à la société civile leur vision des Nations unies.

Dans un contexte international particulièrement troublé, la France se réjouit de voir arriver dans ces fonctions, au 1er janvier 2017, une personnalité au parcours exceptionnel pour laquelle elle a la plus grande estime.

L’expérience reconnue de M. Guterres, notamment comme Premier ministre du Portugal et haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, lui permettra d’affronter les nombreux défis auxquels l’organisation des Nations unies doit faire face. Face aux graves menaces contre la paix et la sécurité internationales et compte tenu de l’importance des enjeux en matière de droits de l’Homme, aide humanitaire, développement et climat, il pourra compter sur le plein soutien de la France.

Je veux également saluer l’action de M. Ban Ki-moon au service des Nations unies. Il aura œuvré sans relâche en faveur de la paix. Je souhaite en particulier que la réforme de l’organisation des Nations unies qu’il a engagée puisse être poursuivie.

dernière modification le 14/10/2016

haut de la page