No Man’s Land [ja]

Après le déménagement des services de l’Ambassade de France, les anciens locaux accueillent « No Man’s Land », un événement qui réunit plus de 70 artistes français et japonais, reconnus internationalement ou émergents. L’exposition est prolongée jusqu’au 18 février 2010 (de 10 à 18h du jeudi au dimanche). L’entrée libre.

Jef Aérosol - JPEG
Catalogue « No Man’s land »

Afin de garder la mémoire du lieu et de l’événement, un catalogue sera prochainement disponible. Nous vous invitons dès à présent à réserver votre/vos exemplaire/s.

Pour en savoir plus, voir la page Catalogue « No Man’s land ».

「Draw the ground history.」
by Shotaro Yoshino @NO MAN’S LAND

Performance accompagnée d’une danseuse buto.
Le 18 février à 16h30 au 1er étage de la Chancellerie.

Concert live à No Man’s land

NML_266b - JPEG
Samedi 13 février
- 14h-14h30 Les Romanesques
- 15h-15h30 Maia Barouh

Lieu : Dans la cour
En accès libre

D’une mère japonaise, Maia Barouh est la fille du compositeur français, Pierre Barouh. Cette chanteuse et musicienne a grandi aux quatre coins du monde. Au chant et à la flûte traversière, elle livre des compositions mêlant des sonorités tziganes, africaines et françaises.

Elle a invité Les Romanesques. Ce duo japonais a déjà joué en France leur pop burlesque à grands renforts de costumes et de scénographies décapantes.

BONNE NOUVELLE !


L’exposition « No man’s land » est prolongée jusqu’au 18 février 2010.
A partir du 1er février :
- Jeudi - vendredi - samedi - dimanche : de 10 h à 18 h
- Fermeture : lundi - mardi - mercredi

NML_200 - JPEG

Les anciens bâtiments de l’Ambassade de France à Tokyo investis par les artistes français et japonais : un projet atypique avant la disparition de ces locaux des années 50. Les œuvres, pour la plupart créées spécialement sur place, envahissent tous les espaces intérieurs et extérieurs : bureaux, couloirs, archives, escaliers, sous-sol, jardins… Tous les champs de la création sont au rendez-vous : des arts visuels à la mode, en passant par le design, l’architecture ou les performances.

Plus qu’une exposition, No Man’s Land offre au visiteur la chance de rencontrer la création en train de se faire. Pendant toute la durée du projet, les artistes poursuivront leur œuvre in situ : une invitation à revenir régulièrement découvrir l’évolution du travail. Des espaces sont confiés à des galeries qui produisent une œuvre spécialement pour ce projet ou présentent un artiste dans ces lieux atypiques.

Par ailleurs, l’ancien bâtiment culturel et scientifique accueille pendant huit semaines des projets invités et devient ainsi le théâtre d’une création toujours renouvelée. Les visiteurs pourront découvrir successivement un projet du Vantan Design Institute, une exposition des étudiants de Geidai ou encore les œuvres du collectif Dandans.


« L’ultime métamorphose »

Construire une nouvelle ambassade est un événement rare pour un pays. Utiliser les anciens bâtiments d’une ambassade pour un projet artistique l’est sans doute plus encore… C’est ce double événement qui marque, pour la France au Japon, l’automne 2009. L’ambassade de France au Japon vient tout juste de s’installer dans un nouveau bâtiment conçu par les architectes Pierre-Michel Delpeuch et Dominique Chavannes, avec le consortium MINTAC. Les anciens locaux, ainsi libérés, accueillent No Man’s Land, un grand projet culturel qui réunit principalement des artistes japonais et français, issus des champs les plus divers de la création – des arts visuels au design, en passant par la mode ou l’architecture. Le public est ainsi invité à découvrir, pour la première et la dernière fois avant sa disparition, ce bâtiment des années 50, auquel les artistes font subir une ultime métamorphose.

Je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui ont rêvé ce projet avec nous et qui par, leur enthousiasme et leur talent, lui ont donné vie. Les artistes qui ont créé des œuvres spécialement pour l’occasion et ont accepté d’intervenir dans ce lieu atypique avec sa liberté mais aussi ses contraintes. Un lieu qu’ils transforment en une œuvre d’art totale, investissant tous les espaces, revisitant même mon ancien bureau et la galerie de portraits des anciens ambassadeurs qui le jouxte ! Les artistes réunis ici sont près de soixante-dix ; je ne les citerai donc pas un par un, mais qu’ils soient assurés que ma gratitude va à chacun d’entre eux.

Je remercie également les galeries qui participent à ce projet et qui ont produit ou accompagné l’intervention de nombreux artistes.

Ce projet n’aurait pas pu exister sans le soutien généreux et enthousiaste de nos sponsors, qui nous ont suivis dans cette aventure. En cette époque économiquement morose, ils ont répondu à notre appel et se sont investis bien au-delà d’un mécénat classique, en tenant à associer, de manière inédite, leur image à un artiste.

Enfin, je tiens à exprimer ma reconnaissance à Jacqueline Nogues et Antoine Perrin qui, avec le service culturel de l’Ambassade de France et notamment Hélène Kelmachter, n’ont pas ménagé leurs efforts afin de faire passer ce projet du rêve à la réalité.

Je souhaite que chaque visiteur puisse prendre autant de plaisir à découvrir No Man’s Land que nous en avons eu à le réaliser.

Philippe Faure
Ambassadeur de France au Japon


Période et horaires :
- Du jeudi 26 novembre 2009 au jeudi 18 février 2010 (fermé du 31 décembre 2009 au 3 janvier 2010). Entrée libre.

JoursHoraires
Du lundi au mercredi Fermé
Du jeudi au dimanche 10 h – 18 h

Lieux :
Anciens bâtiments de l’Ambassade de France
Adresse : 4-11-44 Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo 106-8514

Les locaux de « No Man’s Land » ne sont pas aménagés pour les personnes à mobilité réduite. Nous vous prions de nous en excuser.

- Plan d’accès

dernière modification le 29/03/2010

haut de la page