La Conférence Paris 2015 jour par jour [ja]

Retrouvez sur cette page ce qui a fait de PARIS 2015 | COP 21 une conférence aux enjeux sans précédent.

JPEG

Samedi 12 décembre : l’Accord de Paris est adopté par consensus par l’ensemble des parties

JPEG

« Je ne vois pas d’objection dans la salle, je déclare l’accord de Paris pour le climat adopté. » C’est par ces mots, samedi 12 décembre, que Laurent Fabius a mis un terme aux négociations acharnées qui ont cours depuis deux semaines au Bourget. Une longue ovation et des cris de joie ont suivi dans la salle où étaient réunis les 195 pays qui ont adopté l’Accord de Paris, un accord historique qui doit permettre de lutter contre les changements climatiques.

Vendredi 11 décembre : journée marathon pour les négociateurs

19h30 : le président de la COP21 Laurent Fabius s’est exprimé devant les journalistes pour faire le point sur l’intense journée de négociations. Il a réaffirmé son ambition de présenter un nouveau texte demain en plénière à 9 heures.

12h30 : après deux nuits de veille, les négociateurs se sont remis au travail pour trouver les compromis nécessaires. Le président de la COP21 Laurent Fabius et le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon ont tenu un point presse vers 12h30.
« Nous sommes presques au bout du chemin, je suis optimiste » a commencé par dire Laurent Fabius. Avant de poursuivre : « Je serai en mesure de présenter un texte demain à 9h à l’ensemble des parties ». Le Secrétaire général des Nations unies a d’abord tenu à saluer « les efforts diplomatiques » de Laurent Fabius. « Je suis convaincu que les négociateurs pourront aboutir à un accord ambitieux et fort » a ensuite déclaré Ban Ki-Moon.

Jeudi 10 décembre : nouvelle nuit blanche en perspective

Le président de la COP21 a donné aux délégués jusqu’à 23h30 pour étudier le nouveau texte qu’il leur a présenté lors du nouveau Comité de Paris convoqué à 21h. Les 196 Parties doivent se retrouver pour une réunion en format « Indaba » présidée par Laurent Fabius, une « Indaba des solutions », comme il l’a qualifiée, qui sera exclusivement orientée vers la recherche de compromis. En savoir plus. Retrouver le discours du président de la COP21 et sa déclaration à la presse à l’issue de la réunion du Comité de Paris.

Mercredi 9 décembre : une nouvelle base de négociations

20h : le président de la COP21 a proposé une nouvelle méthode de travail en plénière du Comité de Paris. Il a proposé aux parties deux réunions en format « Indaba », réservée aux parties au niveau des chefs de délégation. « C’est cette nuit que nous devrons construire l’équilibre général du texte et avancer pour résoudre les points politiques en vue de l’accord final », a-t-il expliqué.

15h : initialement annoncé pour 13h, le nouveau texte a finalement été présenté en plénière du Comité de Paris à 15h. Le président de la COP21 s’est félicité des progrès réalisés, le texte est ainsi passé de 43 à 29 pages par rapport à la version antérieure et les trois quarts des points entre crochets ont été supprimés. « Nous avons progressé mais il reste encore du travail » a pondéré Laurent Fabius. « Trois questions transversales devront faire l’objet de discussions approfondies : la différenciation, le financement et le niveau d’ambition de l’accord. » Les 196 Parties ont jusqu’à 20 heures, heure à laquelle le Comité de Paris se réunira, pour étudier cette nouvelle base.

Mardi 8 décembre : un nouveau texte annoncé pour mercredi

Le président de la COP21 annonce qu’il présentera mercredi à 13h aux 196 parties une version « nettoyée » qui prendra pour base le texte de l’ADP, amendé des conseils des facilitateurs de l’ADP et complété par les recommandations des facilitateurs transmises avant.

Lundi 7 décembre : première réunion du Comité de Paris

Le Comité de Paris se réunit pour la première fois en plénière. Les facilitateurs font le point sur les consultations menées depuis la veille.

JPEG - 84.5 ko
Mme Tamayo Marukawa, ministre de l’Environnement du Japon, et M. Laurent Fabius, président de la COP21
Photo : F. de La Mure/MAEDI

Semaine du 6 au 11 décembre

C’est durant cette deuxième semaine que la France assure pleinement la présidence de la COP21. Menées par les ministres de l’Environnement ou des Affaires étrangères ou les négociateurs en chef, les 196 délégations reprendront les négociations sur le texte transmis le samedi 5 décembre. La Présidence française proposera alors aux 196 parties les modalités de poursuite des travaux, après consultation des parties et en tenant compte des résultats de la première semaine.

Samedi 5 décembre

Clôture des travaux conduits par les co-présidents de l’ADP qui transmettent à la présidence française un projet de texte, fruit du résultat des négociations de cette première semaine.

Du mardi 1er au vendredi 4 décembre

Les négociateurs des 196 parties négocient le futur accord au sein du groupe de travail de l’ADP. Les travaux seront conduits sous l’autorité des deux co-présidents de l’ADP.

Parallèlement, des organes subsidiaires de mise en œuvre (SBI) et de conseil scientifique et technologique (SBSTA) poursuivent leurs travaux sur les aspects plus techniques (suivi de la mise en œuvre des politiques climatiques actuelles, notamment dans le cadre du protocole de Kyoto, etc).

Lundi 30 novembre : le temps des chefs d’état et de gouvernement

À 10h, le ministre des Affaires étrangères et du Développement international Laurent Fabius a été officiellement investi du rôle de Président de la Conférence des parties, avant une séquence politique regroupant les allocutions des 147 chefs d’État qui ont répondu à l’invitation du président de la République François Hollande et de Laurent Fabius.

Dimanche 29 novembre : ouverture de l’ADP

À 17 heures, ouverture anticipée des négociations à la demande des deux co-présidents de l’ADP*, Ahmed Djoghlaf (Algérie) et Daniel Reifsnyder (États-Unis), pour « permettre un meilleur usage possible du temps très limité dont disposent les délégués pour finaliser le projet d’accord ».

* Pour mieux comprendre
ADP : le Groupe de travail de la plateforme de Durban pour une action renforcée a été créé lors de la COP17 en 2011 pour élaborer, dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, un nouveau « protocole, un autre instrument juridique ou bien un texte convenu d’un commun accord ayant valeur juridique ». Cet accord devra être adopté en 2015 pour une entrée en vigueur en 2020.
 

JPEG JPEG
JPEG JPEG
JPEG JPEG
JPEG JPEG
JPEG

dernière modification le 31/12/2015

haut de la page