G7 Science et Technologie au Japon : une collaboration mondiale pour répondre aux défis du vieillissement de la population, des inégalités femmes-hommes et de l’environnement [ja]

Dans le cadre de son déplacement officiel au Japon, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a participé au G7 dédié à la science et à la technologie, qui s’est déroulé du 15 au 17 mai 2016 sur le campus de Tsukuba.

Cette réunion qui associe les États du G7 et la Commission européenne, a été riche de discussions et a permis de conforter l’idée que la science, la technologie et l’innovation sont essentielles pour le développement social et économique, et qu’elles sont majeures pour relever les défis globaux que sont la santé, l’énergie ou l’environnement.

Pour y faire face, les représentants des États membres ont donc décidé d’inclure les deux principes que sont l’innovation inclusive et la science ouverte dans leurs quatre priorités de travail : santé globale, genre et développement des ressources humaines, futur des mers et des océans et énergies propres.

Par ailleurs, l’application de la science ouverte (« Open science ») dans les travaux de recherche et de développement va permettre une importante extension des collaborations et des parties prenantes impliquées.

Najat Vallaud-Belkacem est convaincue que seule une prise de conscience collective alliée à une collaboration mondiale permettront de faire face aux enjeux cruciaux de nos sociétés que sont le vieillissement de la population, les inégalités entre hommes et femmes ou encore les contraintes énergétiques et environnementales.

La science, la technologie et l’innovation doivent amener la prospérité à chaque individu, quel que soit son âge, son genre, sa langue ou sa région d’origine. Cela suppose de travailler sur une innovation inclusive, qui intègre ces différents paramètres.

G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba
G7 Sciences et technologies à Tsukuba

 

Message vidéo de Najat Vallaud-Belkacem (17 mai 2016)

Texte du message de la ministre

En tant que Ministre française de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, je suis heureuse d’avoir participé à cette session ministérielle du G7 dédiée à la science et à la technologie sur le campus de Tsukuba.

J’en profite pour remercier chaleureusement nos hôtes japonais pour la qualité de leur accueil et le succès de cette réunion internationale.

Nous avons mené, à l’occasion de cette session avec mes collègues ministres de la recherche du G7 ainsi qu’avec le Commissaire européen en charge de la recherche, de la science et de l’innovation, des travaux et des discussions de grande qualité.

À l’issue de ces 3 jours de réunion, nous reconnaissons la science, la technologie et l’innovation comme essentielles non seulement pour le développement social et économique, mais surtout pour relever ces défis globaux que sont la santé, l’énergie ou l’environnement.

Actuellement, nos sociétés font face à des enjeux cruciaux : vieillissement de la population ; inégalités entre hommes et femmes ; contraintes énergétiques et environnementales.

La science, la technologie et l’innovation doivent amener la prospérité à chacune et à chacun d’entre nous, quel que soit son âge, son genre, sa langue ou sa région d’origine. Cela suppose de travailler sur une innovation inclusive, qui intègre ces différents paramètres.

Par ailleurs, l’application de la science ouverte (Open science) dans les travaux de recherche et de développement va permettre une importante extension des collaborations et des parties prenantes impliquées.

Ainsi, pour faire face aux défis qui se présentent, nous avons décidé d’inclure les deux principes que sont l’innovation inclusive et la science ouverte dans nos 4 priorités de travail : santé globale, genre et développement des ressources humaines, futur des mers et des océans et les énergies propres.

Ce sont, vous les voyez, autant d’enjeux qui ne sont pas l’apanage de quelques-uns. Ils nous concernent toutes et tous.

Voilà pourquoi il est indispensable d’œuvrer pour une collaboration mondiale. « Nous sommes tous », comme le formulait Blaise Pascal, homme de sciences et de lettres, « embarqués ». Notre avenir n’est pas un avenir fragmenté en devenirs nationaux : c’est un avenir commun. Un avenir mondial.

Et toutes les questions que j’évoquais doivent être abordées à cette échelle, car c’est à cette échelle qu’elles seront résolues.

Je vous remercie.

 

dernière modification le 19/05/2016

haut de la page