Échanges de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, avec la presse japonaise (Tokyo, 14 mars 2015)

Chine

Q - Que pensez-vous de l’accord intergouvernemental qui vient d’être conclu entre la France et le Japon, notamment vis-à-vis de la Chine ? Quel est votre avis sur l’Asia Infrastructure Investment Bank, que la Chine propose de créer ?

R - En ce qui concerne notre accord intergouvernemental (AIG) et la réunion du 2+2, ce sont des actions positives qui sont tournées vers la paix et la sécurité. Nous considérons que la France et le Japon sont des puissances de paix et de sécurité et nous travaillons ensemble dans cet objectif.

En ce qui concerne les ventes d’armement en direction de la Chine, il n’y a aucune crainte à avoir, vous connaissez la position de l’Europe, le problème n’est pas d’actualité.

Sur la banque chinoise, nous sommes en train de réfléchir à la position que nous allons adopter. Nous n’avons évidemment aucune opposition de principe à un nouvel établissement qui facilite les infrastructures en Asie, il faut simplement veiller à ce qu’il fonctionne selon les règles internationales, et il y a des besoins en matière d’infrastructures qu’il faut satisfaire. Nous ne pensons pas que cela porte atteinte au fonctionnement des banques qui existent déjà.

Q - Le modèle franco-allemand est-il applicable pour les tensions en Asie ?

R - À propos des tensions qui existent en Asie en général, nous avons souvent fait la comparaison de la France avec l’Allemagne. Évidemment les circonstances sont différentes, la géographie n’est pas la même. Il n’en reste pas moins que lorsqu’on regarde l’histoire franco-allemande, vous avez eu pendant des siècles des affrontements très destructeurs, et puis à la suite de la Seconde guerre mondiale les États se sont réconciliés et sont les meilleurs amis du monde. Il faut en tirer une leçon : la paix, la sécurité doivent l’emporter sur les rivalités et les conflits. N’oubliez pas que la France, membre permanente du Conseil de sécurité, est une puissance de paix.

Q - La France participera-t-elle à la Banque pour le développement proposée par la Chine ?

R - Oui, le délai reste à définir, mais nous envisageons cette participation. Il faut qu’elle soit efficace et que cette nouvelle institution fonctionne conformément aux règles du droit international. J’ai eu l’occasion de le dire récemment aux Philippines au président japonais, très compétent, de la Banque asiatique de développement.

(...).

Conseil de sécurité

Q - Quelle est votre position sur la réforme de l’ONU et sur le rôle futur du Japon ?

R - Nous souhaitons qu’il y ait une réforme de l’ONU et en particulier du Conseil de sécurité, à partir de l’idée simple selon laquelle il faut que le Conseil soit représentatif du monde d’aujourd’hui, qui n’est pas le même qu’en 1945. La composition actuelle n’est pas représentative du monde actuel. Nous sommes partisans d’une réforme où le Japon aurait pleinement sa place. Évidemment, ce sera très difficile, il faut l’accord de tous les membres permanents du Conseil de sécurité.

Parmi les réformes que la France a proposées, il y en a une qui nous paraît, nous l’espérons en tous cas, pouvoir être adoptée, qui nous permettrait d’avancer et qui n’est pas contradictoire avec une réforme plus large. Nous pensons que, lorsqu’il y a des crimes de masse, il faudrait que les membres permanents refusent volontairement d’utiliser leur droit de véto. On pense à la Syrie où, alors qu’il y a des atrocités commises, à plusieurs reprises le Conseil de sécurité a été paralysé du fait de l’utilisation par un pays de son véto. Cela contribue à l’affaiblir, les pays du monde ne le comprennent pas. Nous proposons une réforme qui ne demanderait pas de réforme de textes, ceci est toujours difficile, mais permettrait de changer les choses et d’avancer. Cette réforme ne serait pas contradictoire avec une réforme plus large. Nous avons déjà recueilli autour de cette idée l’accord de plusieurs dizaines de membres des Nations unies.

dernière modification le 23/03/2015

haut de la page