Discours de M. Jean-Marc Ayrault lors de la réunion avec les professionnels du tourisme [ja]

JPEG - 342.5 ko
M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international
© Ambassade de France au Japon

Tokyo, 12 avril 2016

Merci Monsieur l’Ambassadeur d’avoir organisé cette réunion.

Je tenais beaucoup, en effet, à adresser un message de confiance aux professionnels du tourisme japonais mais aussi aux professionnels français du tourisme. D’abord, saluer la qualité de votre travail, le professionnalisme qui est le vôtre et qui se traduit dans des résultats très significatifs. Cela vaut pour les touristes japonais qui viennent en France comme pour les touristes français qui viennent, de plus en plus nombreux, au Japon.

La qualité de l’offre, la qualité de l’accueil, sont des éléments déterminants. La sécurité, aussi, qu’on est en mesure d’accorder aux voyageurs est essentielle. C’est vrai que les attentats de Paris, l’année dernière, ont provoqué une inquiétude, c’est légitime. Il ne s’agit pas de nier cet impact, mais tout a été fait du côté français pour garantir la sécurité des visiteurs. Et aujourd’hui, au-delà des images tragiques de janvier et de novembre 2015, la réalité de nos villes - de Paris et de la province - est une réalité tranquille. C’est une réalité agréable et conviviale avec une volonté des Français d’accueillir, avec beaucoup d’esprit et de chaleur, tous nos visiteurs et en particulier nos visiteurs japonais qui sont les bienvenus en France. Vous le savez, les Japonais sont beaucoup appréciés des Français, les relations entre nos deux pays sont très bonnes, et ma visite ici m’en convainc encore davantage à chaque heure passée. Surtout, ce que nous entreprenons ensemble, nos deux pays, sur le plan politique, sur le plan international, mais aussi sur le plan bilatéral et notamment sur le plan économique. Et le tourisme fait partie de l’économie.

En ce qui concerne la France, nous avons eu les chiffres du tourisme il y a quelques jours. Entre 2014 et 2015, le nombre de touristes a augmenté d’un million, le tourisme asiatique a beaucoup progressé, en particulier le tourisme chinois et à l’exception du tourisme japonais qui a une certaine tendance à freiner voir à diminuer. Il faut s’interroger sur la raison de cette tendance. On est là pour cela, pour en parler, et apporter toutes les réponses qui conviennent. Le nombre de touristes qui ont visité la France en 2015 est un nombre considérable, qui permet à la France de garder la première place au monde, puisque nous sommes maintenant à près de 85 millions de visiteurs, ce qui est un chiffre énorme. Ce qui est un défi aussi pour nos professionnels de la filière du tourisme, qui doivent encore davantage perfectionner l’organisation de cette filière et en même temps améliorer la qualité de l’offre. C’est ce qui est fait et j’ai réuni, il y a quelques semaines, l’ensemble des professionnels du tourisme pour continuer à les mobiliser - les agences de voyages, les tours opérateurs, les compagnies aériennes, les hôteliers, les transporteurs aériens et ferroviaires, les sites patrimoniaux et culturels, ils sont essentiels. Du côté français, Mme Anne Hidalgo, maire de Paris, et Mme Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, se sont rendues au Japon en mars pour faire valoir effectivement tous les atouts de la France pour les touristes japonais.

Les Japonais le savent bien, quand ils viennent en France ils sont passionnés par l’art de vivre français, l’histoire, les visites qu’on peut faire en province, et pas seulement à Paris, la gastronomie, le vin, la culture, et la musique qui est souvent un lien fort entre le Japon et la France, je pense à la musique classique, mais pas seulement. Comme ancien maire de Nantes, je suis venu ici, plusieurs fois au Japon et notamment à l’occasion des « Folles journées » organisées à Tokyo, comme vous le savez, qui est un projet culturel de grand niveau pour la musique classique, et qui est nantais, qui est un projet de ma ville, la ville de Nantes, qui organise chaque année « La Folle Journée ». Je suis heureux que le Japon ait relayé cette initiative de grande qualité et qui recueille des publics massifs, avec des milliers de personnes qui viennent. Je pense que tous les atouts que nous avons, les uns et les autres, c’est aux professionnels de les faire valoir comme autant d’atouts et d’arguments pour venir ou visiter la France ou le Japon.

200.000 Japonais en 2015 sont venus en France, c’est une augmentation malgré ce que je vous ai dit. Mais on peut faire mieux. J’ai souhaité cette réunion à l’ambassade pour faire le point sur les initiatives qui sont prises et notamment avec Atout France dont vous allez nous parler et dire les initiatives que vous entendez prendre.

Je voudrais remercier M. Jungo Kikuma, le vice-président de la Japan Association of Travel Agents, qui s’est rendu en France en janvier à la tête d’une importante délégation de professionnels. Vous nous direz aussi vos impressions, si vous voulez bien M. Kikuma, pour cette mission organisée par Atout France, Air France et Accor, qui sont présents et je les remercie.

Je n’en dis pas plus, je souhaite que vous puissiez vous exprimer dans les quelques moments que nous avons ensemble pour faire de cette rencontre, une rencontre utile.

Juste, peut-être, une petite précision : ce sont 200.000 touristes français au Japon, et 800.000 Japonais en France. Les Français ont encore des progrès à faire pour arriver au même niveau que les Japonais.

(Interventions des professionnels du tourisme)

Je tiens vraiment à vous remercier, non seulement d’être présents ce matin et pour votre engagement, très professionnel, très précis, très concret, que ce soit du côté japonais comme du côté français. Je sens une vraie envie de réussir, de relever les défis multiples qui sont devant nous et avec beaucoup de chances d’y parvenir. Parce que vous avez parlé de montée en gamme, je pense que l’exigence de la clientèle japonaise c’est un atout parce que je pense que nos professionnels, en tout cas du côté français, sont parfaitement en mesure d’y répondre. Alors nous devons vous accompagner et je sais que vous faites le maximum et votre déplacement à Paris en est une belle illustration. Je pense que vous avez aussi les mêmes exigences de qualité et il reste à créer un climat encore plus favorable aux échanges, en particulier en direction du Japon vers la France et la manière dont nous allons continuer à parler de la France va être très sensible, très importante.

Ces messages ont été reçus. Dès mon arrivée, j’ai tenu à organiser une réunion qui s’est tenue le 1er mars avec l’ensemble des professionnels français et pour parler d’une même voix, lancer une campagne de communication par les réseaux sociaux mais aussi par les médias. Plus nous aurons de reportages positifs dans les journaux, plus certains aspects seront démystifiés parce qu’effectivement, certains mots vus de loin, sont assimilés à des situations catastrophiques. Ce n’est pas le cas, on peut circuler tranquillement dans les rues de Paris, s’attabler à une terrasse de café, aller à des spectacles, visiter des musées, voyager... Je pense que ce qui est entrepris pour assurer la tranquillité, la sécurité des visiteurs, qu’ils soient d’ailleurs Français ou étrangers, est très efficace et créé un climat où les gens sont détendus. Il n’y a pas de tensions majeures à percevoir et qui correspond à une réalité tout à fait attractive, et je le répète encore une fois, à Paris, dans la région parisienne, et dans toute la France, l’offre est conséquente.

Pour améliorer encore ce travail commun, une convention doit être signée maintenant entre Atout France et l’Association japonaise des tours opérateurs.

Encore merci et bonne continuation efficace pour les relations touristiques entre la France et le Japon. Mais encore une fois, je vous l’ai dit au début de cette réunion, c’est un message de confiance que je voulais adresser.

dernière modification le 19/04/2016

haut de la page