Déplacement en Iran de Laurent Fabius [ja]

Après l’accord historique conclu à Vienne le 14 juillet, Laurent Fabius s’est rendu à Téhéran le 29 juillet. Il s’agissait de la première visite en Iran d’un ministre français des affaires étrangères depuis 12 ans.

Téhéran, 29 juillet 2015

Il a été reçu par le président de la République Hassan Rohani et a rencontré son homologue Mohamed Javad Zarif, le président du parlement Ali Larijani, la vice-présidente chargée de l’environnement Massoumeh Ebtekar, le ministre de l’industrie, du commerce et des mines Reza Nemat-Zadeh et l’amiral Ali Shamkhani, secrétaire général du conseil suprême de sécurité nationale.

La visite a permis une reprise du dialogue politique au plus haut niveau entre la France et l’Iran. Elle a été l’occasion d’aborder tous les sujets de la relation franco-iranienne, y compris les questions régionales et les enjeux de la COP 21.

- Iran - Entretien de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, avec « France 2 » (Téhéran, 29/07/2015)

"L’accueil des hautes autorités a été extrêmement chaleureux. J’ai vu le président de la République, quatre ministres et tous m’ont tenu le même discours : « On veut travailler avec la France. »"

- Iran - Nucléaire - Relations bilatérales - Déclarations de Laurent Fabius à « ITélé » (Téhéran, 29/07/2015)

"Vous savez que nous avons négocié un accord sur le nucléaire et, il importe du côté à la fois iranien comme du côté français et des autres pays que ces clauses soient respectées. Donc, le respect et la relance car cette visite, c’est pour l’Iran et la France, l’occasion de relancer leurs liens dans toute une série de domaines. C’est la raison pour laquelle je verrai beaucoup d’autorités iraniennes dans le domaine politique bien sûr, dans le domaine économique - il y a beaucoup de choses à faire ensemble -, dans le domaine culturel et éducatif."

- Iran - Nucléaire - Extrait de la conférence de presse conjointe de Laurent Fabius avec son homologue iranien, diffusé par LCI (Téhéran, 29/07/2015)

"L’idée est d’empêcher la prolifération nucléaire. Dans la prolifération nucléaire, le risque, ce n’est pas seulement l’Iran, cela peut être les autres pays de la région. Si nous voulons empêcher la prolifération nucléaire, il faut que cet accord soit suffisamment solide, suffisamment sérieux, suffisamment ferme pour que personne ne pense qu’il va y avoir une bombe nucléaire."

Pour en savoir plus :

dernière modification le 31/07/2015

haut de la page