Conduire au Japon pendant un court séjour


Au Japon, le permis de conduire international délivré par la France n’est pas reconnu.

En effet, il est conforme au modèle prévu par la Convention sur la circulation routière signée à Vienne le 8 novembre 1968, un accord que le Japon n’a pas signé. Celui-ci ne reconnaît que la validité du permis de conduire conforme à une convention antérieure, signée à Genève en 1949, qui n’est plus délivré en France.

Pour conduire au Japon, il est donc nécessaire d’être titulaire d’un permis japonais. Les Français domiciliés au Japon doivent obligatoirement obtenir ce permis au cours de l’année suivant leur arrivée.

En revanche, les Français résidant moins d’un an au Japon (date du visa d’entrée faisant foi) peuvent conduire avec leur permis français accompagné d’une traduction certifiée.


Comment obtenir une traduction certifiée ?

La traduction certifiée peut s’obtenir auprès de la Japan Automobile Federation (JAF) : [http://www.jaf.or.jp/inter/translation/specific_e.htm]

Japan Automobile Federation / JAF
2-2-17 Shiba, Minato-ku, Tokyo 105-8562

Tel. 03-6833-9100

Validité de la traduction certifiée

La traduction, à présenter avec le passeport sur lequel figure le cachet d’entrée au Japon, est valide aussi longtemps que le permis de conduire lui-même, sauf si celui-ci a été modifié depuis la date de la traduction (changement de domicile, ajout de mention, duplicata...).
Il n’est donc pas nécessaire de solliciter une nouvelle traduction certifiée à chaque nouveau voyage au Japon.

Conduite de motos légères (maximum 125 cm3)

Depuis le 4 juillet 1996, les personnes titulaires du permis B depuis plus de 2 ans peuvent conduire des motocyclettes légères dont la cylindrée n’excède pas 125 cm3 et dont la puissance est inférieure ou égale à 11kW (15 ch).

La section consulaire délivre aux personnes qui le demandent une attestation rédigée en français et en japonais, permettant de conduire au Japon des motocyclettes légères :
- sur présentation du permis B français ;
- coût : équivalent en yens de 41 euros.

Les titulaires du permis B ayant moins de 2 ans d’expérience ne peuvent conduire en France que des motocyclettes dont la cylindrée ne dépasse pas 80 cm3 pour une vitesse inférieure à 75km/h. Cette dernière catégorie n’existant pas au Japon, ces conducteurs ne pourront obtenir qu’un permis "cyclomoteur" limitant la cylindrée à 50 cm3.

Avertissement : Les procédures administratives peuvent être modifiées sans préavis. Les informations contenues dans cette page, recueillies auprès de la Police nationale japonaise, sont donc données à titre d’information.

dernière modification le 15/07/2016

haut de la page