Compte-rendu : Mission d’experts européens sur l’Open Access [ja]

Une mission d’experts européens portant sur l’« Open Access » a été organisée du 27 au 30 Janvier 2015 par le Service pour la science et la technologie de l’Ambassade de France au Japon.

Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon
Crédits photo : Ambassade de France au Japon

Une délégation réunissant des experts français et néerlandais dans le domaine de l’Open Access, sujet clé à l’échelle mondiale pour le monde de la recherche, a été invitée par le Service pour la Science et la Technologie à venir au Japon du 27 au 30 Janvier 2015. Cette mission visait à rencontrer l’ensemble des parties prenantes afin de faire un point complet sur la situation au Japon en matière d’Open Access et d’envisager de possibles collaborations.

L’Open Access – un nouveau modèle pour la recherche scientifique mondiale

L’Open Access ou « Libre Accès » consiste en la mise à disposition immédiate, gratuite et permanente sur Internet des publications scientifiques issues de la recherche et de l’enseignement. Ce mouvement, initié dans les années 90, a pris de l’ampleur ces dernières années face au pouvoir de pression grandissant des éditeurs de revues scientifiques et leur mainmise sur les données, soulevant des questions sur la souveraineté numérique des pays.

Renforcer la coopération franco-japonaise

La délégation, coordonnée par l’Inria (Institut national dans le domaine des sciences du numérique) réunissait deux directeurs de recherche d’Inria, un représentant du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, un chercheur de l’Université Paris VII et le directeur général de CWI (Centrum Wiskunde & Informatica, Institut de recherche dans le domaine des mathématiques et de l’informatique aux Pays-Bas).

Elle a pu à cette occasion rencontrer les responsables de différentes institutions japonaises impliquées sur le sujet de l’Open Access : le MEXT (Ministry of Education, Culture, Sports, Science and Technology), la JSPS (Japan Society for the Promotion of Science), la JST (Japan Science and Technology agency), le NII (National Institute of Informatics), et également le Dr Yuko Harayama, membre exécutif du CSTI (Council for Science, Technology and Innovation). Deux ateliers de travail, l’un réunissant des représentants de bibliothèques universitaires, le second les scientifiques japonais impliqués sur ce sujet, sont venus compléter ces entretiens. Les discussions ont notamment porté sur :

  • Les plans existants de souscription aux revues scientifiques et de licenses nationales (coûts, services associés comme l’archivage et l’exploration de données, ou « data mining »).
  • La politique existante et la position japonaise sur la question des modèles « Gold Open Access » où les auteurs paient pour la publication de leur article, « Green Open Access » où les auteurs déposent une copie de leurs articles sur une page personnelle ou une archive ouverte, ou encore les modèles hybrides.
  • Plus particulièrement sur le modèle « Green Open Access », l’état actuel de déploiement d’archives ouvertes (et la politique menée pour encourager les chercheurs à y déposer leurs publication) et de plateformes d’évaluation et à contenu éditorial (épi-journaux, « overlay journals »..)
  • La politique en matière d’accès libre aux données de la recherche : infrastructures et recommandations au niveau national pour la mise à disposition libre des données de recherche.

De nouvelles possibilités de collaboration, pour la synchronisation d’archives et de plateformes, le développement des services associés, mais également pour l’échange de bonnes pratiques en vue de sensibiliser les chercheurs, ont été mises en valeur. A l’issue de cette mission, un rapport fournira un état des lieux sur le statut actuel de l’Open Access au Japon et ces perspectives de collaboration.

Contact : Mme Evelyne Etchebéhère, attachée pour les Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication à l’Ambassade de France

dernière modification le 23/02/2016

haut de la page