Bureau du CNES au Japon

Bureau du CNES au Japon

Le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) est présent au Japon depuis le début de l’année 2000 avec un bureau de représentation intégré au Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France. Ce bureau, à l’instar de celui de la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) à Paris, a pour mission d’accompagner et d’intensifier la coopération spatiale entre les deux pays. Le bureau est actuellement dirigé par Mathieu GRIALOU, assisté de Yoko AKITOMI (assistante / secrétaire) et de Matthieu PY (volontaire international).

Attaché :

Mathieu GRIALOU

Tél. : +(81)-(0)3-5798-6046 - Fax. : +(81)-(0)3-5798-6050

Chargé de mission :

Matthieu PY

Tél. : +(81)-(0)3-5798-6048 - Fax. : +(81)-(0)3-5798-6050



Le Japon et l’espace



Après des débuts menés avec l’aide et sous le contrôle des Etats-Unis, le Japon met aujourd’hui en œuvre un programme spatial autonome lui permettant de développer des missions de classe internationale. Au-delà du lien très fort qui existe avec les Etats-Unis, le Japon a mis en place depuis quelques années des initiatives envers les pays d’Asie du Sud-est.

Fort d’un budget annuel de 2,5 Md€ (2013), le programme spatial japonais, conduit principalement par la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency), est riche et varié. Le Japon a acquis une reconnaissance internationale de premier plan, dans le domaine des lanceurs et au travers de sa contribution à la Station Spatiale Internationale, à l’observation de la Terre et à la recherche scientifique.

Au niveau des institutions, les dernières années ont vu s’accroître le rôle du METI (Ministry of Information, Trade and Economy) au détriment du MEXT (Ministry of Education, Research and Technology). Il s’agit dorénavant de développer les applications commerciales de l’espace et d’utiliser cet atout dans les négociations internationales, en particulier en Asie. Enfin, la nouvelle loi spatiale de 2008 autorise désormais le Japon à disposer d’un programme spatial de défense.

Au niveau industriel, le Japon s’est souvent par le passé situé à la limite de la masse critique permettant d’entretenir une industrie spatiale. Il souhaite à présent donner un nouvel élan à son industrie en encourageant les contrats internationaux pour la fabrication des satellites par les sociétés Melco (Mitsubishi Electric Corp) et NEC. En ce qui concerne les lanceurs, le Japon souhaiterait imposer sur le marché international ses lanceurs H-IIA et H-
IIB, qui sont maintenant fiables mais qui restent encore onéreux car utilisant une technologie particulièrement complexe. Le Japon pourra cependant compter sur son nouveau petit lanceur Epsilon, conçu pour avoir des coûts d’exploitation particulièrement bas et dont le premier lancement a été un succès remarqué.

Les relations avec la France

Les relations avec la France se déclinent au niveau institutionnel entre le CNES, l’Agence spatiale européenne (ESA) et la JAXA, au niveau industriel entre Arianespace et ses clients et partenaires japonais.

Au niveau institutionnel, les premiers accords de coopération entre la France et le Japon remontent aux années 1980 et sont à l’origine de multiples projets communs, en particulier dans le domaine de l’observation de la Terre. Aujourd’hui, la coopération entre le CNES et la JAXA donne lieu à de nombreux échanges en matière de recherche et technologie et de préparation du futur, qui concernent les lanceurs, les satellites de télécommunications et d’observation, les composants spatiaux ou encore la gestion des débris. Il existe aussi un groupe conjoint sur les ballons stratosphériques et un intérêt mutuel sur les questions du droit de l’espace. Par ailleurs, un travail de recherche d’intérêts communs avec la JAXA a débuté en 2012, qui a permis de retenir plusieurs thèmes technologiques permettant d’améliorer les performances des satellites. L’ensemble de cette coopération est régie par un accord-cadre, reconduit en 2010 et les spécialistes du CNES et de la JAXA se retrouvent régulièrement au sein de plusieurs groupes de travail dont les résultats sont présentés au cours de réunions annuelles. La dernière réunion s’est déroulée le 28 octobre 2013 à Tokyo et la prochaine aura lieu en France en 2014.

Au-delà de la coopération historique avec la JAXA, un accord-cadre a été signé en novembre 2012 avec le NICT (National Institute for Information and Communication Technology) dans le domaine des télécommunications spatiales.

Le Japon est aussi un partenaire important de l’Agence spatiale européenne, à travers sa participation à la Station Spatiale Internationale et au programme BepiColombo d’exploration de Mercure, pour lequel le CNES finance des instruments scientifiques.

Au niveau industriel, Arianespace lance depuis 10 ans la totalité des satellites commerciaux japonais et est lié à MHI (Mitsubishi Heavy Industries) par un accord de back-up pour le lancement des satellites commerciaux. Parmi les autres sociétés françaises présentes au Japon on trouve aussi Thales, Astrium, Air Liquide, Safran et CLS.

Dans le domaine spatial, le Japon trouve avec la France un partenaire de taille égale et aux préoccupations communes d’état souverain. Les partenaires japonais du CNES peuvent beaucoup lui apporter dans certains domaines où ils disposent de compétences techniques et d’atouts indéniables. Le communiqué conjoint et la feuille de route 2013-2018, publiés à l’occasion de la visite d’Etat au Japon du Président de la République en juin dernier, encouragent la coopération spatiale entre les deux pays.

(CNES Tokyo, version du 8 janvier 2014)

Contact

CNES (Bureau de Tokyo)
Ambassade de France
Service pour la Science et la Technologie
4-11-44, Minami-Azabu,
Minato-ku, TOKYO 106-8514
Tél : +81 (0)3-5798-6047
Fax : +81 (0)3-5798-6050
cnes@ambafrance-jp.org
www.cnes.fr

dernière modification le 23/02/2016

haut de la page