Allocution du Premier ministre Manuel Valls à l’occasion de l’ouverture du STS Forum [ja]

Kyoto, 4 octobre 2015

Monsieur le Premier ministre, Messieurs les Premiers ministres,
Monsieur le président du STS Forum,
Mesdames, messieurs,

Je voudrais débuter mon intervention en vous saluant, cher monsieur Koji Omi. Car si nous sommes là, c’est grâce à vous. Vous avez, en effet, pris l’initiative de lancer, il y a 12 ans, ce rendez-vous international, ce rendez-vous majeur, sur les « Sciences et la Technologie dans la Société ». C’était une idée visionnaire, et cet évènement est devenu incontournable. La France a d’ailleurs régulièrement répondu présent et je suis heureux d’être là avec Thierry Mandon, le ministre de la Recherche. C’est la première fois d’ailleurs que le chef du gouvernement français est avec vous.

Nous avons, dans notre pays, la conviction, comme vous, que la recherche et le développement constituent des atouts déterminants pour construire notre avenir. Et nous savons que l’innovation d’aujourd’hui, l’investissement dans l’innovation, c’est la croissance, la compétitivité, la richesse de demain. Nous avons donc un objectif : mettre en place un écosystème favorable pour renforcer toute la chaîne de l’innovation, depuis la recherche amont – la France se situe au 4ème rang mondial des publications scientifiques les plus citées – jusqu’à la mise sur le marché.

L’État aux côtés des centres de recherche dans l’innovation, des universités, des entreprises privées bien sûr, l’État a un rôle majeur à jouer. Pour impulser, pour soutenir la recherche et l’innovation. Ainsi, en France, nous avons un des dispositifs les plus favorables à l’innovation au monde : ce que nous appelons le crédit d’impôt-recherche, que les entreprises connaissent. Il aide les start-up innovantes à se développer. Il stimule le talent de nos ingénieurs. Il permet plus largement d’encourager l’imagination, l’inventivité.

*

Nous mettons notamment l’innovation au service de deux grands objectifs.

D’abord, bien sûr, saisir toutes les opportunités de la révolution numérique. En l’accompagnant – nous venons d’ouvrir à la contribution de tous, du grand public, un texte de loi qui modifie en profondeur le rapport au numérique de l’État, des entreprises, des citoyens – et en lui permettant de se diffuser dans tous les domaines : éducation, formation professionnelle, recherche d’emploi ...

L’autre révolution, c’est celle de la transition énergétique. Il faut impérativement endiguer le réchauffement climatique, sans quoi, l’avenir de l’humanité sera en grand danger. La conférence Paris Climat 2015 s’ouvre dans moins de deux mois. Les négociations progressent – une soixantaine de pays ont présenté leur contribution, nous avançons ensemble, notamment avec le Gouvernement japonais – mais nous sommes encore loin de l’accord universel et contraignant auquel nous devons aboutir. Chacun doit le mesurer et se mobiliser : gouvernants, associations, ONG, entreprises, citoyens. Et, bien sûr, la communauté scientifique.

C’est votre communauté qui a, très tôt, alerté les responsables politiques de l’effet dévastateur du dérèglement climatique. C’est vous qui avez fait naître la prise de conscience mondiale. C’est vous qui devez, désormais, imaginer les solutions technologiques qui nous permettront de changer nos manières d’agir, de produire, de consommer !

*

Et je sais que votre forum a à cœur de le rappeler : les sciences et les technologies sont des outils que nous devons manier avec précaution. Un grand écrivain de la Renaissance, François Rabelais avait écrit que « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Il faut donc toujours fixer un cadre précis.

Mesdames et Messieurs,

Le principe qui guide notre action : définir des règles. Et permettre ainsi que la liberté, l’imagination, l’innovation puissent s’exprimer pleinement. Ce principe est plus que jamais d’actualité.

Et pour des règles plus efficaces, pour une créativité décuplée, il faut une condition – c’est d’ailleurs le pari que vous faites depuis 12 ans : apporter des réponses collectives.

La France est une grande puissance économique, en matière de recherche et d’innovation, qui investit dans l’avenir, dans les sciences, dans les technologies, dans les sciences du vivant, dans l’industrie. La France est convaincue du rôle qui est le vôtre.

* *

Alors, chercheurs, décideurs, entrepreneurs, historiens, penseurs de tous les pays, aujourd’hui réunis : conjuguez vos forces ! Dans un monde qui va toujours plus vite, face à l’explosion de l’information, face à Internet qui fait que les normes arrivent toujours après coup, dessinez le cadre de la société de demain. Et faites preuve d’audace ! Prenez des risques ! Car c’est ainsi que la science avance.

Je vous remercie.

dernière modification le 15/10/2015

haut de la page